mercredi 13 novembre 2013

Et si le Bonheur avec un grand B n’existait pas ? Mais seulement des petits bonheurs

L'article ci dessous m'a bien fait réfléchir car il correspond tellement à la philosophie de CoucouCanada . Je ne pourrais pas mieux l'écrire .
Je rend crédit à son auteur  Sylvia  du blog TalentsMultiples. Elle a tout compris .




"...   y aurait-il des personnes plus doués pour le bonheur que d’autres ?. Probablement. L’éducation, l’environnement, le fait de ne pas partir avec les mêmes chances dans la vie, influencent forcément notre capital optimisme (ou pessimisme)
Mais il n’y a pas que ça.

J’ai lu quelque part un homme qui, à la question « qu’est-ce qui vous rend si heureux ? » répondait : «  je me fais un devoir d’être heureux ». C’est une phrase qui m’est restée. Un devoir ?

Pourtant nous vivons dans une société où le bonheur devient un du.

Et si l’on n’obtient pas ce qu’on veut, c’est injuste et surement la faute de quelqu’un : de notre conjoint, de nos enfants, de notre patron, de notre entourage, de notre gouvernement… et notre culture nous incite à revendiquer haut et fort ce droit et cette obligation : soyez heureux ! Alors on y croit, ou on fait semblant d’y croire à ce bonheur préfabriqué : la maison de nos rêves, le super voyage, les produits qui nous rendent si beau et désirable, le dernier iPhone, la voiture qui nous rendra cool, etc

Ce bonheur que l’on attend, serait donc un droit (fondamental) auquel on pourrait tous prétendre. Je n’ai rien contre cette idée. Oui tout le monde a le droit au bonheur.
Mais peut être que ce n’est pas une histoire de droit mais de choix. Et la phrase serait plutôt : tout le monde a le droit de choisir le bonheur.

Car je crois vraiment que c’est un choix. Tout comme l’on choisit de se relever après un échec, de continuer à y croire après une rupture, d’avancer après un deuil, et bien oui, je pense qu’on peut choisir d’être heureux.

Et choisir d’être heureux, ça peut commencer aujourd’hui. Maintenant.

Alors bien sur, ce ne sera pas forcément le bonheur avec un grand B (la rencontre inattendue, la demande en mariage, la naissance du bébé, la promotion, le ticket gagnant du loto…), oh tout ça c’est super. Mais ce sont les choses rares après lesquelles on court et qui nous font justement raté les petits miracles de la vie de tous les jours.

Il faut arrêter d’attendre et de rechercher le bonheur avec un grand B. On court après lui, souvent toute la vie. On pense que oui, on sera heureux, quand les enfants auront réussi, quand on aura acheté cette maison, quand on aura eu cette promotion, quand on aura assez d’argent pour faire mille et une choses, quand on sera connu et reconnu, quand on sera à la retraite et qu’on aura enfin le temps…
Et on passe a coté de nos vies. Celui accessible des petits b., qui peuvent rendre notre vie scintillante, unique, belle.

Vous allez surement me dire, que ce n’est pas facile, lorsque l’on est en pleine rupture, en deuil, en dépression. Bien sur. C’est évident que lorsque l’on souffre, que l’on est en pleine détresse, il est impossible difficile de relever ces petits plaisirs. Et le mieux à faire est de l’accepter, sans se culpabiliser.

Mais pour tous les autres qui ont un accès au bonheur ordinaire et qui se plaignent de ne pas obtenir un bonheur extraordinaire. C’est seulement un leurre. Le bonheur est là et c’est celui-là qui est extraordinaire.

 Alors quelles sont les choses, même toutes petites, qui vous procurent de la satisfaction ? Tout est bon à prendre.

Regardez autour de vous, dans votre vie : il y a un tas de petites choses merveilleuses que l’insatisfaction chronique vous empêche de voir ? Voyez-vous tous ces succès, petits et grands, que vous avez remportés sur les difficultés ? Soyez fiers de toutes ces choses que vous avez déjà accomplies, même si notre société nous rappelle sans cesse qu’on peut avoir tellement plus grand et plus beau.
Mais plus que quoi ? Que qui ?
Il n’y a que nous qui importe. Et d’être en alignement avec qui nous sommes vraiment
Alors quels sont vos petits bonheurs ? "

***



7 commentaires:

  1. Bon ben je comprends mieux pourquoi nous sommes (très souvent) sur la même longueur d'onde toi et moi (et sylvia !), c'est vrai que dans mon entourage on me décrit souvent comme la fille qui positive, qui voit plus le verre à moitié plein, plutôt qu'à moitié vide, que veux-tu je suis comme ça c'est dans ma nature, et je me réjouit des petits bonheurs de mon existence! Oui je précise bien que je me réjouit et je n'utilise pas le mot "se contenter de", car je pense que c'est une chance pour nous d'être en santé, de pouvoir voir nos enfants grandir et s'épanouir, de pouvoir faire un boulot qui nous passionne, regardez juste le journal télévisé une fois de temps en temps et les petits bonheurs de nos vies nous sembleront intenses ! Enfin ça c'est mon point de vue de fille heureuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui bienvenue au club des optimistes !
      Bises

      Supprimer
  2. Mes petits bonheur :
    l'odeur d'un feu de cheminé
    un apéro entre amis
    retrouver mes parents pour Noel
    rouler les vitres ouvertes par une belle journée d'été avec de la bonne musique dans les oreilles
    Une tempête de neige
    Régaler mes amis de mes petits plats
    pleurer en regardant un film de fille
    mon chat qui vient ronronner dans mon cou
    ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sympa tes petits bonheurs. Ils ressemblent au miens

      Supprimer
  3. Entièrement d'accord avec vous. Il faut être optimiste difficile quand nous sommes entourés de gens pessimistes comme bien souvent en France : tout va mal tout va empirer on est fatigué etc etc.... Personnellement je constate au travail des gens qui viennent tous les jours en trainant les pieds pourtant nos conditions de travail sont excellentes par rapport à beaucoup et nos salaires ne sont pas parmi les plus bas mais il y a toujours quelque chose qui ne va pas : fatigué - il pleut - c'est l'hiver - on en a marre et j'en passe. Difficile de rester optimiste au milieu de toute cette énergie négative.... Alors je me fais ma bulle de petits bonheurs dans laquelle je me blotti régulièrement ça fais du bien....

    RépondreSupprimer
  4. j'aurai pu recopier le com' de petit hobbit !
    l'odeur d'un feu de cheminée pendant une tempête de neige (ça me rend dingue et gamine la neige)
    un apéro ou un repas entre amis et danser avec des copines sur des musiques qu'on aime
    la saison de Noel et aussi manger des marrons grillés chez moi ou dans la rue
    de la bonne musique dans les oreilles : en voiture, en courant , à la maison et danser dans la cuisine
    cuisiner quand je reçois
    regarder un film de fille AVEC mon chat qui vient dormir sur moi sur le plaid
    mais elle a oublié : boire du thé avec un carré de chocolat
    se ballader la nuit tomber (partir faire des courses ou visiter une grande ville la nuit : lyon, paris, etc...)
    aller au resto et déguster toutes les cuisine du monde
    BOIRE DES BULLES ou du vin rouge

    je suis aussi le genre de fille qu'on trouve positive qui dit "ça va aller" et pourtant comme tout le monde j'ai ou j'ai eu ou j'aurai encore des complications mais alors ?
    il faut aimer la vie !
    c'est sûrement pour ça que j'aime le blog de madame canadoux que j'adore et que j'ai l'impression de tant connaitre, les photos reflètent exactement ce vers quoi je tends
    biz à toutes les optimistes

    RépondreSupprimer
  5. Le bonheur avec un B, c'est tous les jours de pouvoir se lever être en pleine forme, avoir un boulot qu'on aime et penser à ses vacances qui sont... encore loin. C'est aussi se faire tondre en étant taxé mais bon on a de bons hôpitaux si si j'en suis sûre et j'ai déjà eu à faire avec ; donc tant qu'on a les deux yeux ouverts, le ventre plein, et l'envie de vivre on est HEUREUX. La vie passe si vite qu'il ne faut PAS s'attarder sur les pessimistes et avancer. Allez les OPTIMISTES ET LES HEUREUSES ET HEUREUX continuons au moins on sait profiter de la vie. MCM

    RépondreSupprimer